acculturation

30 mars 2008

L’acculturation est un ensemble des phénomènes qui résultent d’un contact continu et direct entre des groupes d’individus de cultures différentes et qui entraîne des modifications dans les modèles culturels initiaux de l’un ou des deux groupes. Il faut bien distinguer « acculturation » et « assimilation ».

Assimilation: abandon de son identité culturelle pour adopter la culture dominante

 Processus par lequel un groupe un individu assimile une culture différente, qui lui est étrangère

 

Académisme

30 mars 2008

Art issu du néo-classicisme, l’Académisme va marquer la vie artistique officielle du XIXème siècle. Son caractère conventionnel, l’abondance des codifications et règles auxquelles devront se soumettre les artistes qui voudront  » faire carrière  » en pastichant largement les œuvres de l’Antiquité et de la Renaissance, feront entrer ce mouvement dans l’histoire sous l’appellation moqueuse d’ « Art Pompier ».

Le style est basé essentiellement sur l’étude du corps, aussi bien en sculpture qu’en peinture, avec des références « ingresques » et une tendance au Néo- Classicisme.

La composition est équilibrée, le dessin précis, détaillé et harmonieux, idéalisé aussi à cause d’une critique qui punissait l’indécence, les nus féminins couchés d’après les modèles vivants, naissent alors principalement de la mythologie et ont la chair lisse et clair comme la porcelaine, dévoilant une sensualité pudique.

Les sujets sont nobles jusqu’alors, le Second Empire, lui, favorisera la raison pittoresque et littéraire.

Apogée 1845-1860

Quelques artistes : Alexandre Cabanel (1823-1889)
Jean-Léon Gérôme ( 1824-1904)
William Bouguereau ( 1825-1905)
Paul Baudry ( 1828-1886)

Académisme dans Histoire de l'art gerome

 

L’Académie Goncourt

24 février 2008

Le prix Goncourt est un prix littéraire français, récompensant les auteurs de langue française (pas forcément de nationalité française), créé par le testament d’Edmond de Goncourt en 1896. La Société Littéraire des Goncourt est officiellement fondée en 1902 et le premier prix Goncourt sera décerné le 21 décembre 1903.

Le prix Goncourt, créé pour récompenser chaque année « le meilleur ouvrage d’imagination en prose, paru dans l’année » est attribué presque exclusivement à un roman. Il est le prix français le plus prestigieux. La somme de 50 francs est remise au lauréat depuis 1903. Aujourd’hui, cette somme du fait de l’inflation ne représente plus qu’un prix symbolique — 7,50 euros — mais la notoriété promise au lauréat, qui verra son œuvre accéder au palmarès des meilleures ventes, est une récompense bien plus convoitée.

Les dix membres de l’Académie Goncourt se réunissent chaque premier mardi du mois dans leur salon, au premier étage du restaurant Drouant, place Gaillon, dans le deuxième arrondissement à Paris. Le prix est attribué début novembre. Si après quatorze tours de scrutin il n’y a pas de lauréat élu le président a une voix double pour déterminer une majorité de vote.

Le prix ne peut être décerné qu’une seule fois à un même écrivain. À une exception près : l’imposture littéraire de Romain Gary qui l’a reçu en 1956 pour son roman les Racines du ciel, puis en 1975, sous le pseudonyme d’Émile Ajar, pour le roman La Vie devant soi.

L’Académie s’est réformée récemment suite à la démission de François Nourrissier. Désormais seuls les votes des membres présents seront comptabilisés. Le jour du scrutin pour le Prix Goncourt, le vote ne pourrait se porter que sur les ouvrages figurant sur la dernière sélection.
L’Académie Goncourt a également choisi d’engager une réforme de ses statuts, prévoyant un passage automatique à l’honorariat à partir d’un certain âge. Comme, elle y est tenue, elle soumettra cette réforme à l’approbation du Conseil d’Etat.

Le site de l’Académie Goncourt : http://www.academie-goncourt.fr/

L'Académie Goncourt  dans Littérature 5045d0f8-bdff-11dc-9ef9-cde6a34cd52b

L’Académie Française

23 février 2008

Le rôle de l’Académie française est double : veiller sur la langue française et d’accomplir des actes de mécénat.

      La première mission lui a été conférée dès l’origine par ses statuts.
Pour s’en acquitter, l’Académie a travaillé dans le passé à fixer la langue, pour en faire un patrimoine commun à tous les Français et à tous ceux qui pratiquent notre langue.

     Aujourd’hui, elle agit pour en maintenir les qualités et en suivre les évolutions nécessaires. Elle en définit le bon usage.
Elle le fait en élaborant son dictionnaire qui fixe l’usage de la langue, mais aussi par ses recommandations et par sa participation aux différentes commissions de terminologie.

     La seconde mission — le mécénat —, non prévue à l’origine, a été rendue possible par les dons et legs qui lui ont été faits.
L’Académie décerne chaque année environ soixante prix littéraires.

     Mention particulière doit être faite du grand prix de la Francophonie, décerné chaque année depuis 1986, qui témoigne de l’intérêt constant de l’Académie pour le rayonnement de la langue française dans le monde.

Son Rôle est de défendre la langue française et d’en rédiger un dictionnaire.

L’Académie française fut fondée en 1635 par le cardinal de Richelieu.

     Les statuts et règlements visés par le Cardinal, avec les lettres patentes signées en 1635 par Louis XIII et enregistrées par le Parlement en 1637, consacrèrent le caractère officiel d’une compagnie de lettrés, qui se réunissaient auparavant de manière informelle.

     La mission qui lui fut assignée dès l’origine était de fixer la langue française, de lui donner des règles, de la rendre pure et compréhensible par tous. Elle devait dans cet esprit commencer par composer un dictionnaire.     La première édition de celui-ci fut publiée en 1694, les suivantes en 1718, 1740, 1762, 1798, 1835, 1878, 1932-1935. La neuvième édition, dont la publication a débuté en 1992, est en cours.L’Académie française se compose de 40 membres, les immortels élus par leurs pairs à leur décès. Depuis sa fondation, elle a reçu en son sein plus de 700 membres. Elle rassemble des poètes, des romanciers, des hommes de théâtre, des philosophes, des historiens, des médecins, des hommes de science, des ethnologues, des critiques d’art, des militaires, des hommes d’État, des hommes d’Église, qui ont tous illustré particulièrement la langue française.Les académiciens doivent leur surnom d’immortels à la devise « À l’immortalité », qui figure sur le sceau donné à l’Académie par son fondateur, le cardinal de Richelieu, et qui vise la langue française et non les académiciens. Ils ont souvent été appelés à être des juges éclairés du bon usage des mots, et donc à préciser les notions et les valeurs dont ces mots sont porteurs. Cette autorité morale en matière de langage s’enracine dans des usages, des traditions, un faste.L'Académie Française dans Littérature institut2

Le site de l’Académie http://www.academie-francaise.fr

Sur les problèmes que l’institution rencontre actuellement : http://www.lefigaro.fr/debats/2008/02/09/01005-20080209ARTFIG00019-les-interrogations-de-l-academie-francaise.php

Academie

22 février 2008

L’Académie est l’école philosophique fondée dans Athènes par Platon vers 388 av. J.-C. Elle tire son nom du domaine d’Athènes, fait de jardins et de portiques et qui se trouvait près du tombeau du héros Académos, et dans lequel Platon donnait ses leçons

On compte trois Académies :

  • la 1re, ou ancienne (Academia vetus), se composait des disciples purs (scholarques) de Platon, à savoir : Speusippe, Xénocrate, Polémon, Cratès d’Athènes, Crantor. Il ne nous reste rien des ouvrages de ces philosophes.
  • la 2de, ou moyenne, (Academia media), fondée vers 244 av. J.-C. par Arcésilas, prétendait que l’on ne peut rien savoir.
  • la 3e, ou nouvelle (Academia nova), fondée vers 160 av. J.-C. par Carnéade, sans tomber dans un scepticisme absolu, enseignait que l’on ne peut atteindre que le probable.

Quelques-uns admettent une 4e et même une 5e Académie, dont les chefs seraient Philon de Larissa et Antiochus d’Ascalon. Ceux-ci se rapprochèrent de la véritable doctrine de Platon, et tâchèrent de la concilier avec le stoïcisme.

A retenir : 

L’Académie est un bois sacré aux abords d’Athènes consacrée au héros Academos. C’est là que Platon a établi son académie

Academie dans Histoire de l'art Raffael_058

L’école d’Athènes de Raphaël

Mise en Abyme

21 février 2008

Qu’est ce que la mise en abyme??

On peut également écrire abîme ou abysme.

C’est un procédé qui consiste à mettre une image dans une autre.

En littérature, la mise en abyme est un procédé consistant à placer à l’intérieur du récit principal un récit qui reprend de façon plus ou moins fidèle des actions ou des thèmes du récit principal, comme dans la pièce Hamlet (voir exemples ci-dessous). Il ne faut pas confondre la mise en abyme avec le récit enchâssé, qui consiste à faire raconter par le personnage d’un récit un autre récit, dans lequel peut apparaître un personnage qui en racontera encore un autre, comme dans les Mille et une nuits.

En arts graphiques, Les époux Arnolfini (Jan van Eyck, 1434, 82 × 60 cm, peinture sur bois, National Gallery, Londres) est un exemple fameux dans lequel un miroir convexe reflète l’ensemble de la scène (y compris le miroir lui-même, et ainsi de suite). On peut également citer l’exemple du dessin de la boîte de fromage en portions « La vache qui rit » : la vache porte des boucles d’oreilles qui elles-mêmes sont des boîtes de Vache qui rit, etc.

Dans certaines œuvres de théâtre et de cinéma, un comédien joue le rôle d’un comédien qui joue un rôle… (procédé appelé communément « théâtre dans le théâtre »).

La mise en abyme est un procédé artistique — ou de réflexion intellectuelle — qui entraîne souvent une sensation de vertige

Velazquez.infanta.600pix.jpg

Les ménines de Velasquez

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mise_en_abyme : la mise en abyme sur Wikipédia

Mise en Abyme dans Figure de Style photo_4811_VacheW

La vache qui rit

L’art Abstrait

21 février 2008

 

 

L’art abstrait (1910-1945)

est une forme d’art qui n’essaie pas de représenter le monde sensible. La peinture peut se passer de modèle et s’affranchit de la fidélité à la réalité visuelle. Cette tendance à ne pas représenter les oeuvres ou les objets dans les oeuvres d’arts est née à la fin du XIXème siècle. Il ne s’agit que de formes et de couleurs. En celà, on peut dire que l’art abstrait est précurseur de l’art contemporain.  Ce qui compte ce sont les lignes et les couleurs.

Cette forme d’art a été créee par le peintre Wassily Kandinsky. Sa première oeuvre abstraite a été Sans titre, peinte en 1910. Il pourrait néanmoins ne s’agir que d’une esquisse pour l’oeuvre intitulée Composition VII réalisée en 1913.
Avant la Première Guerre Mondiale plusieurs formes d’abstractions sont nées à Paris avec Robert Delaunay mais aussi en Allemagne et en Russie.

Principaux artistes de cette tendance: Wassily Kandinsky

Robert Delaunay

 

ROBERT DELAUNAY (1885-1941)

HOMMAGE A BLERIOT – 1914 – (2,50 m x 2,50 m). Paris, Collection particulière

Kasimir Malévitch

Piet Mondrian

Paul Klee

Pablo Picasso

 

Art abstrait sur Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Non_figuratif

http://www.art-abstrait.net/ : un site consacré à l’art abstrait

1...2223242526