Archive de la catégorie ‘Musique’

Cantate

Lundi 13 octobre 2008

Une cantate (de l’italien« cantata » participe passé substantivé du verbe « cantare », « chanter ») est une composition vocale et instrumentale qui comporte plusieurs morceaux. Elle porte généralement sur un thème qui peut être profane (cantata da camera) ou sacré (cantata da chiesa), mais à la différence de l’opéra, elle ne comporte aucun aspect théâtral.

http://www.dailymotion.com/relevance/search/cantate/video/x6xlu7_cantate-domino_music

Johannes Brahms

Vendredi 26 septembre 2008

Image de prévisualisation YouTube

 (né le 7 mai 1833 à Hambourg, mort le 3 avril 1897 à Vienne) est un compositeur, pianiste et chef d’orchestre allemand.

Il est considéré par beaucoup comme le « successeur » de Ludwig van Beethoven et sa première symphonie a été décrite par Hans von Bülow comme étant la dixième symphonie de Beethoven.

A la différence d’autres grands compositeurs de musique classique, Johannes Brahms n’a jamais composé d’opéras.

 

Pierre Boulez

Vendredi 26 septembre 2008

un compositeur, pédagogue et chef d’orchestre français né à Montbrison dans la Loire le 26 mars 1925.Musicien à l’influence très importante dans le domaine musical et intellectuel français contemporain.

Image de prévisualisation YouTube

Georges Bizet

Vendredi 26 septembre 2008

Alexandre-César-Léopold, dit Georges, Bizet est un compositeur français du XIXe siècle, né à Paris 25 octobre 1838 et mort à Bougival le 3 juin 1875. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (division 68).

Il est le « père » de l’un des opéras français les plus populaires au monde : Carmen (1875).

Image de prévisualisation YouTube

Hector Berlioz

Vendredi 26 septembre 2008

est un compositeur, un écrivain et un critique français, né le 11 décembre 1803 à La Côte-Saint-André en Isère, mort le 8 mars 1869 à Paris, au 4 rue de Calais, dans le quartier de la Nouvelle Athènes.Il est considéré comme l’un des plus grands représentants du romantisme européen, bien qu’il récusât le terme de « romantique » qui ne signifiait rien à ses yeux. Il se définissait en fait comme un compositeur classique. Sa musique eut la réputation de ne pas respecter les lois de l’harmonie, accusation qui ne résiste pas à une lecture approfondie de ses partitions. On y découvre, paradoxalement, que Berlioz respecte les fondements historiques de l’harmonie datant du XVIe siècle (règles régissant les mouvements contraires et conjoints), mais qu’il s’affranchit parfois des règles supplémentaires apparues plus tardivement et esthétiquement discutables (règles de modulation cadentielle entre autres).

Après deux siècles qui voient naître la symphonie, la cantate et le concerto, le XIXe siècle éclate comme un orage. Les nouveaux compositeurs expriment leurs passions à travers la musique. Beethoven, Berlioz, Mahler ou Wagner écrivent des oeuvres gigantesques, titanesques. Malher exige mille musiciens pour jouer sa 8e symphonie; la Tétralogie de Wagner est un opéra qui s’étire sur plus de quinze heures! Berlioz illustre assez bien le génie romantique de son temps; à travers sa grandiose Symphonie fantastique, il traduit non seulement son art mais également son amour et sa passion pour Harriet Smithson et sa vie…

Image de prévisualisation YouTube

Alban Berg

Vendredi 26 septembre 2008

Alban Maria Johannes Berg, né et mort à Vienne en Autriche (9 février 188524 décembre 1935)

Dans son enfance, il joue du piano et compose des mélodies sans avoir reçu d’éducation musicale formelle, il se passionne pour la littérature. De 1904 à 1910, il devient le disciple de Schönberg à qui il doit toute sa formation musicale. Avec Anton Webern, ils sont à l’origine d’un mouvement créateur essentiel : la Nouvelle Ecole de Vienne. Durant cette période, il compose 7 frühe Lieder (mélodies de jeunesse). Sous l’influence de Schönberg, il abandonna les fonctions tonales classiques en 1909 et adopta la technique des douze sons (dodécaphonisme) en 1926. Berg vécut l’essentiel de sa vie à Vienne. Indépendant financièrement, il put consacrer sa vie à la musique. Son oeuvre, débutée par les ‘Sieben Frühe Lieder‘ et la ‘Sonate opus 1‘ en 1908, est dominée par ses deux opéras : ‘Wozzek’ et ‘Lulu‘ (1935, inachevé), ainsi que par le Kammerkonzert (pour violon, piano et 13 instruments à vent), la ‘Suite lyrique‘ (pour quatuor à cordes en 1926), et le ‘Concerto à la mémoire d’un ange’ où il réintroduit des accords tonaux au sein du langage dodécaphique. Durant la nuit de Noël 1935, une septicémie emporte Alban Berg. L’homme a laissé le souvenir de quelqu’un de particulièrement attachant : doué d’une vaste culture, d’une grande affabilité de manières, d’une ouverture d’esprit et d’une fidélité rayonnante dans ses amitiés (notamment celle pour Webern), Berg fut également un professeur très aimé de ses élèves comme Rufer, Polnauer, Reich ou Adorno.

Alban Berg  dans Musique BergLastPhoto

Beethoven

Jeudi 25 septembre 2008

Image de prévisualisation YouTube

Ludwig van Beethoven est né à Bonn le 17 décembre 1770. Sa famille est originaire de Hollande où les ancêtres de Ludwig ont cultivé la terre et tenu de petits commerces. Il était le fils d’un ténor de la chapelle de l’Électeur de Cologne. Celui-ci était semble-t-il un homme violent et buveur mais néanmoins remarqua ses dons et lui imposa des leçons de violon et de piano. Fils ainé de la famille, il adeux frères : Kaspar et Nicolas. Malgré la rigueur de son père, Ludwig se montre très appliqué. L’enseignement de l’organiste Christoph Gootlob Neefe l’initie à l’oeuvre de Bach dès l’âge de sept ans. Il fait preuve très tôt de talents exceptionnels sans avoir le génie de la musique comme Mozart. Ses premières cours de musique lui sont prodigués par un certain Pfeifer qui habitait dans la même maison. Aucun de ses professeurs ne l’influencera à l’exception de Neefe qui considérait Ludwig comme un jeune génie. Au collège, il est mauvais élève et son éducation est négligée. Neefe lui obtient un poste dans l’orchestre de la Cour. Le nouvel Electeur Maximilien François lui accorde une bourse de 170 florins. Il compose alors ses premiers concertos et quatuors à cordes.

Dernier représentant majeur du classicisme viennois (après Gluck, Haydn et Mozart), Beethoven prépara l’évolution vers le romantisme en musique et influença la musique occidentale pendant une grande partie du XIXe siècle. Inclassable (« Vous me faites l’impression d’un homme qui a plusieurs têtes, plusieurs cœurs, plusieurs âmes » lui dit Haydn vers 1793), son art s’exprima dans tous les genres, et bien que sa musique symphonique soit la principale source de sa popularité universelle, son impact fut également considérable dans l’écriture pianistique et dans la musique de chambre.

Surmontant à force de volonté les épreuves d’une vie marquée par le drame de la surdité, célébrant dans sa musique le triomphe de l’héroïsme et de la joie quand le destin lui prescrivait l’isolement et la misère, il a mérité cette affirmation de Romain Rolland : « Il est bien davantage que le premier des musiciens. Il est la force la plus héroïque de l’art moderne».

Expression d’une inaltérable foi en l’homme et d’un optimisme volontaire, affirmant la création musicale comme action d’un artiste libre et indépendant, l’œuvre de Beethoven a fait de lui une des figures les plus marquantes de l’histoire de la musique.

 

Beethoven dans Musique Beethoven2

Sydney Bechet

Jeudi 25 septembre 2008

Sidney Bechet (né le 14 mai 1897 à La Nouvelle-Orléans, États-Unis d’Amérique et décédé le 14 mai 1959 à Garches (France) est un clarinettiste, saxophoniste et compositeur américain de jazz.

Image de prévisualisation YouTube