La Celestina de Picasso

réalisée à Barcelone en 1904. C’est une huile sur toile de 81×60 cm appartenant désormais au musée parisien consacré à l’artiste. Pour certains, cette toile marque l’apogée de la période bleue du peintre, allant de 1901 à 1904, dans laquelle la teinte bleue est largement prédominante.

C’est une vieille femme qui se tient seule, isolée sur un fond bleu uni et la tête recouverte d’un voile noir. Seules quelques touches de rose tentent de raviver les joues blafardes de la vieille femme. Son regard attire l’attention du spectateur, d’une part parce qu’elle a un œil aveugle, ce qui est une représentation exceptionnelle dans l’œuvre de Picasso qui accorde une grande place à cet organe, et d’autre part parce que ce regard se détourne de celui du spectateur, donnant l’impression de se perdre dans l’infini. Cette toile est une œuvre majeure de la période bleue : en représentant la tenancière d’une maison close à Barcelone, Picasso traduit sa rencontre avec la réalité sociale, le désenchantement d’une génération. Le bleu caractéristique de cette période témoigne d’une certaine mélancolie et souffrance, et se fait couleur de la misère sociale.

Il fait le portrait de portrait de Carlotta Valdivia, tenancière d’une maison close dans un quartier de Barcelone. Le nom que Picasso donne à sa peinture, La Célestine, renvoie au personnage né de la plume de Fernando de Rojas, dans sa tragi-comédie « Calixte et Mélibée » ou « La Celestina » datant de 1499, époque de la Renaissance espagnole. L’intrigue se joue autour de trois personnages principaux : Calixte, Mélibée et Célestine, une vieille entremetteuse borgne. Mélibée rejette les avances de Calixte. Le jeune homme fait donc appel à Célestine qu’il paie pour son aide, mais qui entraînera la mort des amants, cette dernière étant de son côté arrêtée et exécutée publiquement. Le personnage de La Célestine peint par Picasso est donc une femme mauvaise, cruelle. Avec son œil sain elle observe tandis qu’avec son œil aveugle, elle semble lancer des malédictions. La Celestina est aujourd’hui encore une des œuvres les plus importantes de la littérature espagnole. Picasso illustre avec ce tableau et la référence au personnage de La Celestina de Rojas « à la fois l’individualité singulière d’un portrait et l’universalité d’un type humain.

La Celestina de Picasso dans art 140Picasso.Celestina.51345c

 

Laisser un commentaire